Sedna, la déesse marine du peuple inuit

La mythologie et les légendes sont une part importante de la culture inuite. Elles sont la première source d’inspiration des artistes du Grand Nord. Parmi les récits les plus connus figurent celui de Sedna, jeune femme qui devint la déesse de la mer.

Comme toutes les légendes populaires, celle de Sedna change en fonction des régions et des villages ; au Groenland Sedna s’appelle Arnakuagsak ou Arnaquagssag, en Alaska elle porte le nom de Nerrivik ou Nuliajuk alors que les Inuits Copper du Golfe du Couronnement (Nunavut, Canada), la nomment Arnapkafaluk (littéralement « grande méchante femme »). Cette dernière est une version plus malveillante de la divinité marine d’origine.

670906118-640x640.jpg
Golfe du Couronnement, province du Nunavut, Canada. Crédits photo : Aerial Filmworks. Source : Gettyimages.

Sedna était une belle jeune fille qui vivait avec son père veuf. Elle aimait rester seule, se pomponner, s’admirer et refusait de se marier malgré les nombreux prétendants qui se pressaient pour demander sa main. Le père de Sedna était désespéré par cette situation. Petite précision au passage, dans plusieurs versions, le père de Sedna porte le nom d’Anguta et n’est pas un simple mortel mais le créateur du ciel, de la terre et de la mer (rien que ça).

Envoûtée et kidnappée

Evidemment Sedna ne pouvait continuer à se la couler douce. Le village commençait à se moquer de son père et celui-ci rêvait de marier sa fille à un bon chasseur. Il arriva ce qu’il devait arriver. Le père de Sedna péta un câble et lors d’une violente dispute lâcha à sa fille : « Puisque tu rejettes tous les hommes autant te marier avec un animal ! » Peu de temps après cet épisode, un chaman se présenta à Sedna et à son père. Après avoir envoûté la jeune fille il se maria avec elle et l’emmena sur une île.

Sedna était malheureuse. En plus de l’avoir envoûté, kidnappé et de la maltraiter, son mari était mi-homme mi-oiseau. La jeune fille pleura toutes les larmes de son corps. Son père entendu ses plaintes et fut pris de remords (quand même). Il se prit son kayak et se mit en quête de sa fille. Une fois qui l’eut trouvé, il attendit le départ du chaman pour la sauver. Alors qu’ils étaient en mer, l’homme-oiseau qui avait vu toute la scène, provoqua une énorme tempête. Voyant sa vie défiler devant lui, le père qui restait un sombre enfoiré, balança Sedna à la mer pour mieux s’enfuir.

Créatrice des animaux marins malgré elle

La jeune fille supplia son mari de l’épargner mais cette demande ne fit qu’énerver un peu plus l’homme-oiseau et la tempête redoubla. Sedna s’agrippait toujours au kayak. Son père (qui est décidément un misérable déchet), lui coupa les doigts un par un. Au contact de l’eau, ils se transformèrent en poissons. Mais Sedna continuait de s’accrocher avec ses paumes. Alors son père lui trancha les mains qui devinrent des mammifères marins.

Effrayé le père creva l’oeil de Sedna qui coula au fond de l’eau glaciale. La jeune fille se métamorphosa en sirène. Elle devint la gardienne des fonds marins et de ses habitants qui étaient issus d’elle. Une fois déesse, Sedna n’oublia pas les actes et le comportement de son géniteur. Il vivait toujours dans le même village. Une nuit, la déesse fit monter la mer qui emporta le vieil homme. Depuis il est retenu captif au fond des océans par Sedna et les créatures marines.

sedna (1).jpg
La légende de Sedna apprend et rappelle aux hommes qu’ils doivent respecter les femmes et la mer. Source image : devdutt.com

Généralement clémente, Sedna peut se mettre en colère. Quand la mer est agitée ou que la chasse n’est pas bonne c’est que Sedna est énervée ;  les humains ont enfreint les règles, les chasseurs ont tué trop d’animaux. La déesse retient la faune marine dans cheveux (les vagues) emmêlés et comme elle n’a plus de mains elle ne peut plus se coiffer. C’est là qu’un chaman doit intervenir. En rentrant en transe il peut rendre visite à la déesse et lui démêler les cheveux avec un peigne fait d’os. Elle libère alors les animaux. Sedna peut aussi être apaisée grâce à des offrandes et des prières.

Publicités

5 commentaires

    • J’en suis très contente ! J’ai beaucoup aimé cette légende aussi. Elle m’a donné envie de m’intéresser davantage au Grand Nord. Et pour les illustrations il y en avait tellement que j’ai eu beaucoup de mal à faire mon choix. Je te conseille de faire un petit tour sur Google Images 😉

      J'aime

    • Oh ça me fait bien plaisir de te voir par ici 🙂
      La culture inuite est méconnue pourtant elle est riche en légendes, ça devrait te plaire. Je reprends doucement ce blog après une pause plus ou moins longue. J’y vais doucement mais sûrement 😉

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s