Le calamar cochonnet, un petit céphalopode translucide

Le milieu abyssal est connu pour abriter d’étranges animaux à la gueule ou à la taille effrayante. Néanmoins, les biologistes y ont aussi trouvé des bestioles à la bouille sympathique, comme la pieuvre Dumbo et le calamar cochonnet (Helicocranchia pfefferi).

calamar cochonnet abysses
Photo de David Wrobel, scientifique de l’association Bloom.

Découvert en 2001 par l’Institut de Recherche de l’Aquarium de la baie de Monterey (Californie), le calamar cochonnet est reconnaissable à ses tentacules placés au-dessus de sa tête. Le céphalopode doit son surnom à son siphon en forme de groin. Cet organe en forme de tube est présent chez les céphalopodes, les bivalves et les gastéropodes marins.

A l’instar des autres pieuvres, seiches et calamars, H. pfefferi se  sert de son siphon pour se déplacer par propulsion en expulsant l’eau de mer. Il peut le diriger dans différentes directions afin de changer de trajectoire. Totalement inoffensif et gélatineux, l’animal échappe à ses prédateurs en fuyant ou en se camouflant.

Un cousin du calamar colossal

Le calamar cochonnet ne dépasse pas les 15 cm de long. Il vit dans l’Atlantique Nord-Est, entre 400 et 1000 mètres de profondeur. Les jeunes vivent d’abord près de la surface et rejoignent petit à petit les abysses à mesure qu’ils grandissent. Cette migration inversée porte le nom scientifique d’ontogenèse.

Lors de leur périple, les calamars cochonnets changent de couleur et passent du rouge au blanc. Ils deviennent ensuite translucides, comme la plupart des êtres vivants habitant un environnement dépourvu de lumière.

Au niveau scientifique, H. pfefferi, appartient à la famille des cranchiidés qui regroupent une soixantaine d’espèces dont plusieurs petits calmars de verre, tels que Taonius pavo, mais aussi le calmar colossal (Mesonychoteuthis hamiltoni) de 12 mètres de long ! Ce dernier ne doit  pas être confondu avec le calmar géant, plus petit, moins agressif et seul représentant de sa famille (Architeudidae).

Photo du laboratoire d’océanographie de l’Université d’Otago à Dunedin, Nouvelle-Zélande.
Publicités

2 commentaires sur “Le calamar cochonnet, un petit céphalopode translucide

  1. super article comme toujours. J’apprends en plus des mots :Ontogenèse.. je vais tenter de le placer lors d’une discussion LOL. Un article sur le régalec un de ces jours ? 😉

    Aimé par 1 personne

    1. Très contente de pouvoir enrichir le vocabulaire de chacun !
      Le régalec est prévu au programme. J’ai découvert cet étrange bétail il y a peu et je compte bien lui consacrer un article 🙂

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s