Fable turque – Partie 3

14/04/2011 – 11h20

Antalya sous la pluie. Route cabossée et trempée. Temps humide, hybride de moiteur tropicale qui se loge dans les tissus aux interstices des membres.

rain_by_krokiller-d6re3y9
« Rain », Antalya. Photo de Krokiller.

Ai porté une bague faite toute en argent surmontée d’un gros saphir taillé. 19 000 euros, l’équivalent des mes 3 ans d’études en journalisme. En ai essayé une autre plus, plus discrète, sertie de diamants noirs ; 5000 euros.

Route cabossée.

Vu des blousons tout cuir allant de 500 à 5000 euros. Relativité des prix par rapport au besoin. Le luxe. Le luxe et son absurdité. Désir de distinction, de frustrer l’autre dans son désir. Le paraître. Jouissance ultime de l’Homme.
Seule chose qui a un temps soit peu éveillé mon attention ; un chaton aussi gros que mon pied.
Me sens comme un brahman dans sa « toge » – je sais que ce n’est pas le bon mot mais ne me souviens plus de celui qui est exact – orange.

Il pleut mais sentir les gouttes d’eau sur ma peau, mon visage brûlé par le soleil ne me dérange guère. Au contraire c’est comme un soulagement.
J’ai encore le goût du café turc dans la bouche, ce n’est pas vraiment désagréable, c’est spécial.

Fatiguée. Les paupières lourdes, mes yeux se ferment tout seuls.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s