Vers de nouveaux horizons

Journal de bord : 1er janvier 2017.

Le navire est coincé au port depuis plusieurs semaines. Le Bulletin Bleu tangue dans les eaux noires et glacées. Le froid et le vent nous empêchent de reprendre la mer et nous forcent à prendre notre mal en patience. L’équipage s’ennuie et commence à en avoir sérieusement marre. Les journées sont longues et les nuits courtes. L’alcool coule à flots et les volutes de fumée s’élèvent continuellement dans toute la cale. Si ça continue ainsi, nous n’aurons bientôt plus d’argent et que des barriques à bord.

baie-de-somme
Picardie, baie de Somme. Photo perso prise il y a plusieurs années.

Le temps est mauvais comme le moral des troupes. Tous deux sont brumeux, flous, voilés. Pourtant, en ce premier jour de l’année quelque chose semble différent. Par rapport aux autres années et aux autres jours récemment passés, il y a quelque chose de changé. La volonté de le noter, et l’inspiration, ont été plus fortes que le givre dans lequel sont pris le bateau et l’esprit. Et c’est une très bonne nouvelle (je trouve).

Il est venu le temps de dresser un bilan. J’avais toujours eu l’idée d’en faire un, mais je pensais réussir à attendre l’anniversaire du Bulletin pour m’y atteler. Mais cette période de fin, de début et de renouveau se prêtait bien à cet exercice. Et puis rien ne m’empêche de dresser un autre bilan le jour du printemps ; la date anniversaire du Bulletin. Non vraiment, rien ne m’en empêche…

9 mois et 2684 visiteurs venus de France et d’ailleurs

Voilà 9 mois que nous avons pris la mer, le temps d’une vie. 9 mois que nous vagabondons sur les océans numériques en quête de contrées nouvelles, de trésors, de rencontres, de découvertes diverses et enchanteresses. 9 mois que nous nous efforçons de retracer notre périple dans l’univers maritime. Avant d’embarquer sur le Bulletin, mes aventures bloguesques s’étaient toujours soldées par un échec. Au bout de 6 mois, je quittais le navire et m’engageais sur un autre, et ainsi de suite. Mais depuis 9 mois, je navigue sur le même rafiot et je n’ai aucune envie d’en partir.

waves
Vagues méditerranéennes sur la plage de Rethymnon, Crète, Grèce. Photo Août 2015.

Au cours de ces 9 mois j’ai énormément appris, sur moi, les autres, le monde, la vie. Vous m’avez montré et j’ai vu, que les sujets abordés, les domaines explorés, plaisaient, intéressaient, questionnaient. Rien ne pouvait m’apporter plus de joie. Vraiment, je suis très heureuse de constater qu’au bout de 9 mois, vous avez été 2684 à nous rendre visite, au Bulletin et à moi. Bien sûr, vous êtes majoritairement de France et de Navarre (comme moi), mais vous êtes aussi 155 à venir du Canada, 125 de l’Algérie, 105 de Suisse, 89 de Belgique, 50 des Etats-Unis. Viennent ensuite Haïti, le Maroc, La Réunion et l’Allemagne.

Vous atterrissez tous sur le pont pour la plupart mais certains articles vous intéressent plus que d’autres :

N°1 de ce top 5, La crevette-mante.
N°2Les poissons-lunes et le poisson-ballon.
N°3Les Océanides ex aequo avec Poséidon et sa famille (aaah la mythologie grecque… Elle fascine toujours autant.
N°4Le seapunk et ses dérives.
N°5Kanaloa, dieu marin hawaïen.

Pourquoi un top ? Pour me et vous permettre d’avoir une vue d’ensemble, synthétique, de ce qui est vu, recherché, aimé, et ainsi dégager la véritable « âme » de cette plateforme afin de l’améliorer, l’affiner, la préciser. Ce que nous dit ce classement c’est que la biologie marine attire plus de monde que la mythologie alors qu’on retrouve quand même trois articles à son propos dans le top. De plus, l’article sur la crevette-mante est plus pointu et travaillé que celui des poissons-lunes, qui est plus « fun » et léger, mais les deux plaisent.

Je garde les termes de recherche (certains sont forts comiques) pour le bilan du printemps, en attendant j’espère que la liste s’allongera. Je suis bien contente du chemin parcouru en 9 mois. C’est vraiment très agréable de s’apercevoir qu’on a trouvé son truc, qu’on est bien où on est et que cela plaît. C’est la sauce hollandaise sur le koulibiak ! Sur ce, je m’en vais chercher le caisson de champagne qui reste au fond de la cale. Pour 2017, je vous envoie plein de méduses, de pieuvres et d’anémones, et ne vous souhaite pas bon vent (je laisse ça à Georges Pernoud).

Publicités

2 commentaires sur “Vers de nouveaux horizons

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s