Ebisu et Awashima, les deux kami infirmes

Awashima, l’île écume et Ebisu/Yebisu aussi appelé Hiruko, sont les deux premiers enfants du couple créateur formé par les premiers kami sexués, Izanami et Izanagi. Nés difformes, ils sont d’abord rejetés par les parents et les autres kami avant de devenir des figures emblématiques de la culture nippone.

Selon le Kojiki, le principal ouvrage de référence des mythes shinto, c’est parce qu’Izanami, la femme, a fait le premier pas, qu’Ebisu et Awashima seraient nés mal formés. Qu’elle soit plus avenante que son homme aurait déplu aux dieux primaires et asexués. Dès leur naissance, Ebisu-Hiruko, « l’enfant sangsue, l’enfant de l’eau », et Awashima, l’île des bulles, l’île écume, furent rejetés par le panthéon des kami, ainsi que par leurs parents. Le statut de divinité leur fût interdit.

Ebisu, dieu des pêcheurs et divinité du bonheur

Né infirme, Ebisu-Hiruko aurait été confié à la mer dans une barque de roseaux construite par ses parents. Parfois qualifié de bouc émissaire, de créature colérique à la fois créatrice et destructrice, ou décrit comme ayant l’apparence d’une sangsue, Hiruko-Ebisu devient le protecteur du travail honnête, des marchands et des pêcheurs au IIIe siècle, lorsque le clan Yamato impose le culte d’Amaterasu, la déesse du soleil.

Vêtu comme un paysan japonais (un kimono et un large pantalon plissé), le souriant et barbu Ebisu a pour autres attributs un chapeau pointu, un éventail, une canne à pêche et un bar, une morue ou encore une dorage rouge. Au Japon, pays très friand de poissons depuis l’Antiquité, la dorade est un symbole de fortune et de prospérité. Car Ebisu fait aussi partie des Sept Divinités du Bonheur. C’est d’ailleurs la seule à être d’origine purement japonaise (les six autres sont empruntées à la mythologie chinoise).

Chaque année depuis le XVIe siècle, le 10 janvier (20 octobre à Osaka), les Japonais célèbrent Ebisu. Aujourd’hui c’est avant tout une fête commerciale car Ebisu est de plus en plus associé à Daikokuten, le kami de la fortune et l’une Sept Divinités du Bonheur. Ebisu est aussi connu pour ses troubles d’audition. Pour qu’il les entendent, ses fidèles/disciples du sanctuaire Nishinomiya Jinja à Hyogo (région du Kansai, île de Honshu), font toujours beaucoup de bruit (crier, taper des mains, faire sonner un gros grelot, jouer du tambour), avant de prier.

Awashima, la kami devenue île

Plus discrète et pourtant bien présente dans les mythes shinto, Awashima, eu droit au même destin que son frère Ebisu, ou presque. Laissée à la mer du Japon dans une barque de roseaux par ses parents, la kami devint l’île des bulles (ou d’écume). L’île Awa-shima est mentionnée pour la première fois en 808 dans le Daido Ruijuho, ouvrage de référence en matière de pratiques (ascètes) shinto.

Longue d’environ 7 km et d’une largeur de 2,5 km, elle a pour ville principale Awashimaura. Des fouilles archéologiques ont permis de découvrir des céramiques prouvant que l’île est habitée depuis 4500-5000 ans. Il existe une seconde île Awashima, plus touristique, dans l’archipel des Shiwaku (Japon). Mais l’influence de la divinité difforme ne se limite pas à deux petites îles !

Le sanctuaire Awashima-jinja à Wakayama (région du Kansai, Japon) est connu pour son festival des aiguilles (8 février) et surtout, pour celui qui se tient le 3 mars : le Hina-nagashi pendant le Hina-matsuri, littéralement « la fête des poupées ». Ce festival consacré aux petites filles se tient chaque année sur tout le territoire japonais. Avant le 3 mars, elles exposent de superbes poupées, puis les entassent sur de petits bateaux qu’elles laissent dériver sur la mer.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s