Surréalisme estival

sagrada

La chaleur orange enveloppait l’air
Incessants cris et jets de poussière
Quelle direction prendre ? Où tourner ? Quand ?
A se demander tout le temps.

Pleurer pendant que le soleil mord la peau
Des jolies filles étendues sur le sable
Des corps qui s’amassent, minces et beaux
Poignarde le disgracieux de son jeune âge.

C’est triste ou fort, au fond c’est triste
La rage au bourrelet, protéger et réconforter
Se retenir jusqu’à la nuit pour se laisser aller
Entre les palmiers et les toiles surréalistes

Une esquisse de sourire sous le pont des soupirs
Un carnet orné de fées pour échappatoire; écrire.
Restent les rares instants de découverte infantile
Un jardin coloré de mosaïques au-dessus des cimes.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s