Les poissons-lunes et le poisson-ballon

Cela pourrait être le titre d’une fable. En réalité ce sont les appellations vulgaires de plusieurs espèces, souvent confondues. Lorsqu’on entend poisson-lune on pense surtout à ça :

poisson-lune
Un poisson-lune selon le site de coloriage en ligne http://www.coloriage.tv

Ou à ça :

bouboule
Source : http://amisdujapon.wordpress.com

Or toutes les espèces marines surnommées « poissons-lunes », ne ressemblent pas à une petite boule tachetée ou pleine de piquants, et inversement.

Le poisson-lune ou oprah, aussi appelé lampris royal et saumon des dieux, est un poisson rare. Il appartient à la famille des Lamprididés, et peut mesurer jusqu’à 2 mètres de long. L’oprah se reconnaît facilement à son corps aplati et à ses couleurs rouges et bleues, ainsi qu’à ses tâches métallisées.

lampris royal
Rare mais cosmopolite, le lampris royal a été pêché et observé dans toutes les mers du globe. Source : Wikimédia

Le poisson-lune argenté, membre de l’ordre des Perciformes et de la famille Monodactylidés, vit dans les eaux chaudes et saumâtres, de la Mer Rouge et de l’océan Pacifique. C’est l’une des espèces de poisson les plus utilisées en aquariophilie.

poisson lune argenté
A l’état sauvage, le poisson-lune argenté apprécie les eaux saumâtres des estuaires et des mangroves. Il s’adapte donc facilement à la vie en aquarium. Source : http://laquariumdeposeidon.com

Les Perciformes englobent un tiers des poissons marins et plusieurs sous-ordres d’espèces : les Pleuronectiformes, les Scorpaeniformes et les Tetraodontiformes.

Le poisson-ballon ou fugu, le poisson-lune ou la môle, et poisson-hérisson ou diodon, tous font partie du même sous-ordre , celui des Tetraodontiformes (poissons pourvus de quatre dents).

Célèbre pour sa neurotoxine mortelle, le Takifugu, souvent simplement appelé fugu, se gonfle d’eau quand il se sent en danger, d’où son surnom de poisson-ballon ou poisson-globe. Il existe vingt-cinq espèces de fugu. La plupart sont dépourvues de piques.  Présent dans l’océan Pacifique, le fugu vit aussi en Méditerranée orientale.

fugu
Le fugu ne possède que des micro-piquants, visibles lorsqu’il gonfle. Source : http://mechanicznepioro.blogspot.fr

La môle ou Mola Mola appartient à la famille des Molidae. Vivant aussi bien dans les eaux tropicales que tempérées, ce poisson cumule les records. A l’âge adulte, il peut facilement atteindre une tonne, ce qui fait de lui le plus lourd des poissons osseux. Dotée d’une immense tête, la môle peut être aussi longue que haute. Outre son aspect plat, la spécificité de cette espèce est de ne pas avoir de queue, ce qui donne l’impression que ce poisson aurait été coupé en deux.

poisson-lune-3
Une môle. Photo de Dan Hershman. Source : http://www.dinosoria.com

La môle est le vertébré qui pond le plus d’oeufs. Ses larves ressemblent à une autre espèce de poisson : le diodon. Surnommé poisson-hérisson, poisson porc-épic ou hérisson des mers, le diodon se rapproche du fugu. Comme ce dernier, il se gonfle d’eau et d’air, et se couvre de piquants lorsqu’il se sent menacé. A cause de leur mécanisme de défense similaire,les diodons sont très fréquemment confondus avec les fugus.

Diodon
A gauche, un diodon détendu. A droite, le même mais stressé. Sources : Wikipédia et http://www.dinosoria.com via http://floraurbana.blogspot.fr

A l’instar de son cousin japonais, le diodon secrète une neurotoxine mortelle dans tous ses organes, à part dans ses muscles et son sang. Les yeux, le foie, les intestins, les gonades et la peau sont les parties les plus toxiques. Le diodon concentre également le poison au bout de ses piquants. Même après leur mort et baignés dans l’eau bouillante pendant plusieurs heures, les diodons conservent leur venin.

En conclusion, sur les cinq poissons communément appelés « poisson-lune », trois appartiennent au même sous-ordre  des Tetraodontiformes. Les deux autres espèces sont classées dans un sous-ordre différent, même si elles partagent des points communs avec le fugu, la môle et le diodon. Les cinq poissons présentés  sont tous des osteichtyes; le mot scientifique pour désigner les poissons osseux.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s